27 mai 2019 : Colorful Colorado !!!

May 27, 2019

 

Après un réveil dans une ambiance très tendu dans l'équipe, au lendemain d'un total ratage de chasse, c'est avec morosité que nous prenons la route en direction d'une cible proche de Fort Morgan, dans le Colorado. En froid glacial avec Stéphane, je profite d'une pause sur la route pour nous expliquer et faire une mise au point mutuelle sur ce qu'il s'est passé la veille (remarques, les choses dites qui nous ont blessés, etc.). Après avoir trouvé un terrain d'entente et nous être réconciliés, les orages commencent à bien bouillonner. 

 

En consultant les cartes de prévisions pour ce jour-ci, nous remarquons une petite zone de risque renforcé d'orages violents. L'Etat du Colorado est connu pour être l'un des états les plus contrastés en matière de couleurs et de lumières. Nous verrons si c'est la vérité. Cependant, en échange, cet état n'offre que très peu de routes, ce qui risque de compliquer la chasse, d'autant que la connexion Internet fait souvent des siennes. 

 

Sur l'autoroute, nous apercevons au loin une impressionnante base nuageuse. Malheureusement, elle est trop loin pour la photographier et en obtenir un résultat satisfaisant.

 

 

Nous sommes entre Sterling et Fort Morgan, entre 50 et 100 kilomètres au Nord-Est de la cellule.

 

Puis l'excitation finit par se dissoudre, au vue de la base qui commence à disparaître. Mais nous ne perdons pas espoir et continuons la route vers Fort Morgan, afin d'être au plus près des structures nuageuses qui pourront se reformer.

 

 Finalement, un echo en crochet tente de s'organiser au niveau de Fort Morgan. Nous nous plaçons légèrement au Nord de la ville, où une colline offre une vue sur ce qu'il se passe.

 

 

 

 

 

Finalement, une base nuageuse grossit à vue d’œil. Au même moment, de la poussière finit par se soulever à l'aide de vents descendants sortant de l'orage. Tous les ingrédients sont au rendez-vous, pour que des orages à structures dantesques s'organisent.

Mais il faut quitter Fort Morgan car la pluie s’approche de plus en plus. Nous prenons la route en direction de Snyder lorsque nous apercevons un tourbillon s'élargir juste à côté de notre position. C'est une tornade de type landspout, tornade typique des régions piémontaises des Rocheuses, qui ne sont pas condensées.

 

 

 

 

 

Cette tornade de faible intensité aura duré 2 à 3 minutes avant de disparaître. Nous repartons vers le Nord-Est car l'orage est loin d'avoir dit son dernier mot.

 

Une heure et demi plus tard, l'orage s'est transformé en une supercellule HP (High Precipitation). Nous nous faisons poursuivre par cette dernière et par manque de route, nous adoptons la stratégie de "l'escalier". C'est à dire que pour esquiver un orage potentiellement dangereux porteur de grêle se dirigeant vers le Nord-Est, comme les routes sont axés soit Nord-Sud, soit Est-Ouest, nous sommes obligés de changer, à chaque intersection, de route, jusqu'à nous rendre sur une voie principale rapide. D'autant qu'ici, c'était des dirt roads (route de terre), ce qui complique encore plus notre stratégie. Mais finalement, nous nous en sortons bien et profitons de quelques arrêts 15 secondes top chrono pour photographier la structure nuageuse qui nous poursuit.

 

 

 

 

 Le monstre dévale tout sur son passage. Cependant, il tend à régresser en intensité.

 

Nous décidons de prendre un peu de recul sur la cellule orageuse. Nous nous postons loin au Sud-Est de cette dernière pour voir quelle tournure elle allait prendre.

 

 

Nous en profitons pour prendre quelques clichés du cumulonimbus.

 

 

Au même moment, de nouvelles cellules orageuses actives ont l'air de voir le jour au Sud-Ouest de cette supercellule. Difficile décision à prendre. Devrions-nous continuer à suivre cette même cellule, qui pourrait potentiellement perdre en intensité avec les cellules se développant à l'arrière, ou changer tous nos plans pour nous aventurer en direction de ces nouvelles cellules sans y connaître leur structure, ni même leur intensité? Avec la fatigue, nous prenons la seconde option. Nous abandonnons cette supercellule en direction de l'inconnu.

 

Malheureusement, ce fut l'un de nos plus gros échecs de notre vie. Alors que de notre côté, nous observons des bandes nuageuses insignifiantes, certains chasseurs ont continué à suivre la même cellule et ont capturé l'une des plus belles structures mésocyclonique de l'année. L'orage de Imperial, Nebraska. Un magnifique pancake cloud en rotation sur lui-même.

 

De notre côté, nous nous contenterons de ces ambiances de fin de journée.

 

 

 

 Au loin au Nord, nous apercevons la supercellule avec son pancake cloud... Mais impossible de la rattraper, aucune route ne mène à l'endroit tellement rêvé...

 

 

Nous essayons de cacher notre frustration en photographiant les éclairs nocturnes de l'orage de Imperial pour terminer notre journée.

 

 

Nous parvenons dans certains cas à capturer quelques red sprites, des éclairs rouges montant jusqu'à la mésosphère en forme de calmars.

Puis nous allons faire 3 heures et demi de route pour dormir à Wichita, Kansas.

 

Distance parcourue: 1365 kilomètres.

Please reload

Our Recent Posts

27 août 2019 : Petit orage matinal sur les Charentes

August 27, 2019

18 août 2019 : Petite escapade dans l'Aubrac

August 18, 2019

9 août 2019 : Ambiance orageuse face au Fort Louvois

August 9, 2019

1/1
Please reload

+33 (0)7 78 54 51 15

©2018 Axel Guibourg

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now